Rencontre avec les acteurs

Lorsque j’ai tout petit, j’ai côtoyé quelques acteurs connus. Ils m’avaient semblés ouverts et totalement normaux. Certains gentils, d’autres timides et parfois certains un peu arrogants. Ils étaient comme tout le monde finalement et même si leur image est vu de par le monde, il n’en reste pas moins humain.

Alors il nous font rêver du coup on leur pardonne leurs caprices ?

Après avoir été photographe sur les plateaux de cinéma durant quelques mois et faisant de la figuration de temps en temps, j’ai à nouveau été confronté à des acteurs un peu plus expérimenté, des gens dont c’est le métier principal. Et c’est déjà beau, parce qu’avec la concurrence accrue des personnes qui souhaitent devenir comédien, la plupart doivent compléter avec des petits boulots, souvent en tant que serveur.

Je travaillais à cette époque surtout en bureau, la mentalité était toujours la même et la vision du monde ne me convenait guère. Il me manquait quelque chose.

Redécouvrir des personnes d’un autre univers était ma bouffée d’air frais. Les acteurs sont passionnés et c’est ce dont j’ai besoin. Ce sont des personnes qui donnent beaucoup, même s’ils sont souvent égocentrés.

Les comprendre

Il faut bien comprendre que pour jouer avec ces émotions, rentrer dans la peau d’un personnage, il faut se connaître soi-même. Ce travail d’introversion permet d’analyser ce qui les touche, ce qui les fait rire ou pleurer, ce qui leur donne l’occasion de les ressortir au moment d’une scène.

Les envier ?

Qui n’a jamais testé le jeu dans du théâtre d’improvision ou vécu une scène avec un(e) partenaire lui donnant la réplique ne pourra comprendre le sentiment que cela donne.

Lorsqu’on face à cet acteur qui vit son texte, nous y sommes plongé. Cela nous donne le même ressenti, même émotion que dans le réel. Notre cerveau ne fait plus la différence, on vie l’instant présent. Et cela nous rend meilleur à l’écran, la scène devient réelle et les spectateurs ressentent ces émotions.

Passer plusieurs semaines ou mois avec un(e) partenaire rapproche énormément. C’est pourquoi bien souvent les couples au cinéma finissent par faire des couples dans la vraie vie.

J’ai été subjugé plusieurs fois par l’émotion ressentie lors d’une scène. Une séquence que l’on vie intensément dans une bulle de temps. Il y a beau avoir beaucoup de techniciens, on est concentré et plus rien n’existe autour.

C’est là que tout a basculé. Le jour on j’ai rencontré une personne qui m’a dit qu’elle préfèrerait mourir si elle devait travailler dans des bureaux. La manière dont elle a émit ses mots a été très persuasive… Elle m’a également expliqué qu’elle vivait « par procuration ». Autant elle est féministe, autant elle aime jouer les rôles ou elle est servante. Elle aime jouer la bandit… tout ce qu’elle n’osera pas vivre dans sa vie ou qu’elle n’osera jamais, elle peut le faire à l’écran. C’est là qu’on comprend le sens de jouer !

Pour autant, est-il facile de vivre en tant qu’acteur ou vivre avec ?

L’acteur est sublimé par un metteur en scène, sans lui il est parfois une coquille vide qui ne sait plus quoi penser par lui-même. Il se remplit d’émotions au service de l’art. Etre rempli d’émotions est fatiguant, les comédiens sont souvent des personnes sensibles et/ou torturés. Mais peut-être moins qu’un comique qui veut faire rire pour exister et travail d’arrache pied pour ça.

Pourtant les émotions que j’ai ressenti sur scène, j’ai voulu les retrouver dans la photo. Et je ne suis pas photographe de book comédien à Paris pour rien ! Je prends beaucoup de plaisir à diriger mes comédiens pour leur permettre de s’exprimer et il n’est pas rare que je sois surpris ou ému par leur jeu. Surtout que je suis souvent avec une grande focale (70, 85mm…) et donc que j’en prends plein les yeux avec des détails, comme au cinéma.

Les mots clés : Action / Coupé

Pour un acteur de cinéma les mots « Action » et « Coupé » prenne tout leur sens. Pour différencier la réalité de la fiction le jeu est placé dans une bulle.

On lance alors la technique, « silence sur le plateau » suivi d’un « moteur », quelques secondes se passe et l’on entend « ça tourne au son »… « Clap! » « séquence 3/1, première » … cette douce montée de concentration fini bien évidemment par « Action ».

La scène se passe et si aucun problème technique ne survient, le metteur en scène fini par un « Coupé! ». La séquence est dans la boîte.

Parfois le metteur scène laisse du temps après le texte des comédiens, ceux-ci étant dans l’émotion continue leur jeu de regard ou vont commencer à improviser, ce qui peut donner de merveilleuses choses.

On dit souvent qu’une œuvre cinématographique s’écrit 3 fois :

  • A l’écriture du scénario
  • Pendant le jeu (improvisation, interprétation des comédiens)
  • Au montage

On oublie souvent, mais il y a tout une équipe dans un film, tout le monde ajoutant plus ou moins sa pâte et ce qui rend cette œuvre unique, originale.

Le jeu des comédiens dépend aussi de la culture (image cliché véhiculé par exemple). Ce qui émeut, fait rire ou pleurer dépend beaucoup du pays et de son histoire.

La Focale

La Focale est un élément technique. C’est grossièrement la distance de l’optique qui a un effet différent sur les plans.

  • Plan large : petite focale (optique appelée « grand angle ») ex.: 18-24
    • Plan de situation, paysage, ville, lieu
  • Plan américain : utilisation du 50mm dont on dit qu’elle se rapproche de la vision humaine
    • 2 personnages en intéraction, on les situe dans le contexte
  • Plan serré : grande focale « zoom » au delà de 50mm, mais plus souvent 70-200
    • Scène de dialogue, émotion

Pourquoi un acteur doit-il connaître la focale ?

Pour réguler l’intensité de son jeu, l’acteur doit connaître le plan qui est réalisé sur lui. En plan large il aura tendance à légèrement surjouer et devoir faire attention à tout son corps alors qu’avec un plan serré il devra être beaucoup plus fin et se concentrer sur son visage.

Mais alors, un comédien de cinéma ne joue pas la même scène plusieurs fois ?

Cinéma et théâtre

A la différence du cinéma, au théâtre le public est présent. Et ça change tout !

Théâtre

  • On a le droit qu’a une seule prise
  • Le Public est toujours à la même distance
  • On est dans le surjeu

Cinéma

  • Pas de public, mais beaucoup de techniciens
  • On peut refaire la scène pour faire encore mieux
  • On doit refaire la scène pour les différents plans (avec des focales différentes)
  • On doit refaire la scène car il y a un problème technique
  • Les scènes sont tournées dans le désordre (pas évident de se mettre dans l’émotion)
  • 1 journée de tournage équivaut à 3min de film

Voilà quelques infos sur le métier ou sur mon ressenti. Une page qui n’est pas tout à fait structuré, un peu comme les émotions et les idées dans ma tête.

Tom